4 mai 2021 admin

L’argentique c’est quoi ?

Nous pratiquons la photographie argentique, en opposition à la photographie numérique. Cela ne vous éclaire point mieux ?

L’utilisation de l’expression photographie argentique se répand dans les années 2000 lorsqu’il convient de différencier cette pratique de celle de la photographie numérique. En effet, l’apparition des premiers appareils photos numérique, au début du XXIème siècle, révolutionne la pratique de photographie. Enregistrée sur support numérique (carte mémoire), l’image est visible quelques secondes seulement après la prise de vue. Avant ce bouleversement, une photographie revêtait un aspect magique, qui a quasiment disparu avec l’avènement du numérique.

La photographie argentique, c’est quoi au juste ?

La photographie argentique est une technique basée sur un enchainement de réactions chimiques que nous allons rapidement vous présenter.

Cette méthode permet de fixer une image sur papier grâce à la lumière que renvoie l’objet ou la scène photographié. Cela nous amène à nous intéresser à l’étymologie même du mot  photographie, du grec ancien φωτός, phôtós (lumière) et  γραφία, graphía (représentation graphique d’un mot), en somme la photographie c’est écrire avec la lumière.

Les photos sont obtenues le plus souvent par le biais d’un film (ou pellicule) mais aussi sur papier. Ce support est recouvert d’une émulsion sensible à la lumière qui contient des cristaux d’argent ou de bromure d’argent… d’où le terme argentique.

Un des support pour la photographie argentique, le célèbre film 135 aussi appelé format 24×36 (mm).

Support pour la photographie numérique, la carte mémoire. Ici un modèle de carte SD.

La prise de vue

Lors de la prise de vue (exposition à la lumière), une image latente se forme en petites gouttelettes à la surface du support. Afin de le rendre insensible à la lumière et fixer l’image, il convient de le développer.

 

Le développement

Le développement se déroule en plusieurs étapes à l’abri de la lumière.

  • L’action du révélateur

Dans un premier temps, il faut révéler l’image latente. Ceci s’obtient en plongeant le film (ou pellicule ou papier) dans un bain chimique appelé révélateur. Les sels d’argent sont réduits par le révélateur et se transforment en argent métallique visible qui va former l’image.

Après quelques instants dans cette solution, le support doit être désensibilisé et l’image fixée.

  • L’action du fixateur

La désensibilisation du support et la fixation de l’image, se réalisent grâce au fixateur. C’est une solution chimique acide qui permet la dissolution des sels d’argent non développés. Une fois cette étape terminée, le support de l’image (film ou papier) peut être exposé à la lumière.

  • Le rinçage et séchage

Avant de pouvoir disposer du cliché photographique, il convient de le laver à l’eau claire puis de le faire sécher.

Quelques minutes seulement sont nécessaires pour obtenir une photo qui se conservera plusieurs décennies, comme celles que nous retrouvons dans les albums de famille de nos aïeux !

  • Cet article vous a plus ? Partagez-le sur vos réseaux sociaux !